ANOTHER 48 HRS.

(48 HEURES DE PLUS)

 

«««

   Classement original en 1990:

Drame policier

1990. Réalisation: Walter Hill. Avec: Eddie Murphy, Nick Nolte, Brion James et Kevin Tighe. Scénario : Roger Spottiswoode, Walter Hill, Larry Gross et Steven E. de Souza. Couleur/1h35.

        Le détective de San Francisco Jack Cates est sur les traces d’un trafiquant de drogue nommé l'Ange Bleu (The Iceman) qui opère en ville. Par hasard, Reggie Hammond vient tout juste de sortir de prison et il est possible que lui et Jack puissent travailler ensemble. Si Reggie veut voir son 500 000 $, il doit aider Cates à retrouver l'Ange Bleu.

        Cette suite divertissante au premier film à succès manque malheureusement l'originalité de ce dernier. Le premier 48 HRS. a initié le public au genre copain/copain où deux personnages disparates s'unissent afin de résoudre un crime. Le genre est plutôt usé maintenant et Another 48 HRS. n'arrive pas à la hauteur de l'original ni de certains autres films d’action comme Lethal Weapon (L’Arme fatale). 

        De plus, les invraisemblances et la violence parfois trop élevée nuisent énormément au scénario. Exemple d'invraisemblances: Est-ce possible que Jack Cates puisse être assez idiot pour entrer dans l'auditoire de tribunal en pointant son patron du doigt et en criant «C'est lui l'Ange Bleu !» devant tout le monde ? Je me gratte la tête.

        Quelques scènes nous rappellent un peu trop le premier 48 HRS. (surtout la scène dans un bar) et les réactions violentes de Reggie Hammond lui enlèvent son look «cool» qui était si charmant dans le premier film. Cette fois-ci, Murphy n'utilise plus son humour comme un outil mais comme une arme.

        Malgré ces défauts, la chimie satisfaisante entre Nick Nolte et Eddie Murphy nous séduit encore et le dialogue est rafraîchissant. Le style western présent dans le premier film est encore évident dans la suite. Par exemple, un des criminels (qui ressemble à un cow-boy) déclare qu'il est libre tandis que ceux de la société plus urbaine ne sont que des esclaves avec leur nom écrit dans un ordinateur quelque part. La fusillade violente dans le désert au début du film est typiquement western, ainsi que la confrontation finale. Le tout est un réchauffement énergique du premier film.

        Malgré le manque d'originalité, l'histoire est remplie de quelques rebondissements et Eddie Murphy est en pleine forme. Il semble avoir beaucoup plus de confiance en lui puisqu'il est maintenant un comédien plus expérimenté. Another 48 HRS. n'est pas aussi bon que le premier film, mais il est recommandé aux amateurs de l'original.

Affiche du film

Bande-annonce du film (sur Internet Movie Database)

RETOUR AU MENU